Ara militaire

Ara militaris

Très semblable au Ara de Buffon, le Ara militaire est plus petit en taille et plus foncé en plumage.

Répartition/Habitat : Le Ara militaire se trouve depuis l’Ouest du Mexique jusqu’en Bolivie, mais aussi au Nord-Ouest de l’Argentine et à l’Ouest du Venezuela.

Il vit principalement dans les zones montagneuses tempérées et semi-arides et dans les forêts tropicales près de l’eau. Il est visible de 600 à 2600 mètres d’altitude. Il se déplace saisonnièrement vers les plaines, et fréquente alors les forêts humides et zones boisées épineuses.

Mœurs : Ce perroquet vit en couple ou en groupes familiaux. Il vagabonde localement dans beaucoup de régions. Il est souvent vu en bandes d’une quarantaine d’oiseaux aux dortoirs communs quand ils s’installent pour la nuit dans les grands arbres ou sur les façades des falaises. Quand il se repose à la mi-journée, il se perche sur des arbres morts exposés et au sommet des branches. Pour se déplacer dans les arbres, son bec crochu est comme une « troisième main » qui lui permet de grimper facilement grâce à ses doigts et son bec. Il est très bruyant – notamment en vol, avec des battements lents et peu profonds, pouvant atteindre une vitesse de 55 km à l’heure – et se fait remarquer à l’aube et au crépuscule, pendant ses trajets entre le dortoir et sa zone de nourrissage. Pendant ces vols, les 2 partenaires d’un couple volent ensemble, l’un près de l’autre.

Alimentation : Le Ara militaire se nourrit de graines, noix, fruits et baies  dans les palmiers et ficus. Cette espèce arboricole consomme d’autres sortes de matières végétales haut dans les arbres et la canopée. Il est capable de casser et d’ouvrir des fruits aux coques très dures, grâce à son bec robuste.
L’ara militaire, comme d’autres Psittacidés, visite les amoncellements d’argile le long des rives des cours d’eau. Ces oiseaux se rassemblent à ces endroits afin de lécher cette argile qui a le pouvoir de les désintoxiquer des poisons contenus dans les végétaux qu’ils consomment. Enfin, ils effectuent quelques déplacements saisonniers pour trouver des fruits bien particuliers.
Reproduction/Nidification : La saison de reproduction a lieu de janvier à mars, mais elle peut varier selon l’endroit. Les partenaires sont monogames et restent ensemble pour la vie. Ils effectuent des acrobaties aériennes pendant les parades nuptiales.
Le Ara militaire nidifie dans des cavités, habituellement un trou au sommet d’un arbre, mais aussi sur les façades des falaises dans les canyons où le nid peut être établi dans des fissures ou des crevasses rocheuses, à environ 200 mètres au-dessus du sol.
La femelle dépose 2 à 3 œufs blancs. L’incubation dure entre 28 et 30 jours, assurée par la femelle. Le mâle la nourrit en dehors du nid pendant cette période, elle et ses poussins.
Les jeunes quittent le nid au bout de 12 semaines après la naissance.
Longévité : Il peut vivre jusqu’à 60 ans.
Menaces/Protection : Le Ara militaire est commun localement dans certaines zones retirées, mais son nombre diminue. Cette espèce est menacée et sensible à la perte de son habitat à cause de l’éclaircissage des terres et de la déforestation pour le bétail et l’agriculture. Le piégeage pour le commerce illégal et l’usage de ses plumes colorées en tant qu’ornements sont des faits importants qui accentuent son déclin. L’espèce est considérée vulnérable.