Melopsittacus undultatus

Découverte en 1805, elle est aujourd’hui devenue l’oiseau en captivité le plus connu et populaire au monde. Rien qu’en France, 100000 perruches sont vendues chaque année.

Particularité : C’est une espèce monotypique. Elle n’a pas de sous-espèce.

Répartition/Habitat : Les perruches ondulées sont endémiques de l’Australie. Leur distribution très vaste couvre la totalité du continent, excepté les côtes orientales et la péninsule du cap York.

Elles fréquentent une grande variété d’habitats ouverts, y compris les forêts clairsemées, les savanes et les prairies légèrement boisées. Elles apprécient également les terres cultivées, les formations végétales qui poussent le long des rivières, les broussailles sèches et les plaines dégagées. Elles pénètrent dans les zones désertiques pourvues de mulga (Acacias). Bien qu’ils soient capables de survivre de nombreux jours sans eau, ces oiseaux ne sont jamais très éloignés d’une source ou d’un point d’eau.

Mœurs : Dans les régions où la production de fruits est régulière et d’autres où elle est stable pendant des périodes très étendues, les mouvements sont assez facilement prévisibles. Dans l’extrême Sud, les vagabondages n’existent qu’en cas de sécheresse prolongée et les errants réintègrent leur territoire aux premières pluies et les recolonisent dès que le niveau hydrographique est revenu à la normale.

Alimentation : Les perruches ondulées sont végétariennes. Elles consomment des herbes et les graines de chénopodes qui sont saisies à terre ou à une faible hauteur au-dessus du sol. Les plantes varient en catégories et en proportion selon les régions et les époques. Dans l’intérieur de l’Australie de l’Est, ces oiseaux se nourrissent exclusivement de graines trouvées à terre, alors que plus au centre du continent, un plus grand échantillonnage de plantes peut être sélectionné. Dans le premier cas, la taille des graines ne dépasse guère les 2 mm de diamètre et dans le second, plus de 40 variétés sont impliquées. Occasionnellement, les perruches pénètrent dans les cultures et en s’en prennent aux fruits mûrissants.

Nidification : Elles nichent de juin à septembre dans le nord de leur aire. Elles se reproduisent d’août à janvier dans le sud. Elles peuvent installer leur nid à n’importe quel moment de l’année après que soient tombées des pluies substantielles. Elles mettent en place des secondes couvées dès que les conditions sont favorables.
Les perruches ondulées nichent souvent de façon coloniale. Le nid est installé dans une cavité naturelle d’arbre, dans une souche, un poteau de clôture ou une grosse branche tombée. La femelle y dépose 4 à 6 œufs dont l’incubation dure environ 18 jours. Les poussins restent sur leur lieu de naissance pendant plus de 30 jours avant de s’envoler.

Longévité : 15 ans.

Menaces/Protection : Cette espèce n’est pas du tout menacée. Elle est même abondante, et dans certains endroits où les ressources sont bonnes, des bandes innombrables obscurcissent le ciel et le poids des individus qui perchent provoque la cassure des branches de 4 centimètres de diamètre. Les populations subissent des fluctuations considérables en fonction des conditions climatiques. Le bétail qui vit dans les exploitations fermières du centre de l’Australie ont bénéficié de nouvelles installations qui leur ont fourni de nouvelles provisions en eau. Ces nouveaux moyens ont profité aussi aux oiseaux. Du coup, les effectifs des perruches sont en constante augmentation.