Python birman

Python molurus bivitatus

Le Python Birman est l’un des plus gros serpents au monde, le plus grand spécimen attesté mesurant 5.74 mètres de long. Ce reptile est très populaire en captivité. Il peut mesurer jusqu’à 6 mètres de long et peser 100 kg.

Répartition/Habitat : Il est originaire d’Asie du Sud (Népal, Inde, Bangladesh, Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Viêt Nam, République populaire de Chine, Indonésie).

Il affectionne particulièrement les forêts tropicales humides. On le rencontre dans les jungles de plaine et de moyenne montagne, les régions marécageuses, les rizières et bords de rivières de forêt, mais aussi dans les collines sèches et aux abords des habitations. Ce serpent passe le plus clair de son temps abrité dans une cavité où un trou du sol.

Mœurs : Nocturne, ce python attend la nuit pour sortir chasser. Il est d’un tempérament relativement calme, mordant rarement. C’est aussi un excellent nageur et grimpeur. Il est capable d’effectuer un parcours sans faute pour retourner à son domicile et ce, même après avoir été déplacé sur des dizaines de kilomètres.

Alimentation : C’est un serpent constricteur ovipare. Ce serpent se nourrit de mammifères, oiseaux et reptiles. Il chasse à l’affût, saisit sa proie et pratique une constriction bloquant ainsi la circulation du sang et tuant la proie par asphyxie. L’évolution morphologique du crâne grâce à une articulation, permet à ces grands géants d’avaler des proies de grande taille, allant même jusqu’à avaler un cerf adulte.

Reproduction : Il se reproduit en avril. La femelle pond une trentaine d’oeufs, parfois davantage, puis s’enroule autour d’eux pour maintenir une température stable et les protéger. Elle est capable d’augmenter la température de son corps par contractions musculaires pour couver jusqu’à 100 œufs pendant 2 mois. Les petits mesurent déjà entre 50 et 70 centimètres à la naissance.

Longévité : Le Python Birman peut vivre une dizaine d’années en captivité et jusqu’à près de 30 ans dans la nature.

Menaces/Protection : Cette espèce fait partie de celles présentant un danger et est classée à ce titre en Annexe II de la CITES. Elle nécessite l’obtention d’une capacité pour être détenue en captivité. Elle est « quasi-menacée ».