Archives de catégorie : accueil

Couleuvre à queue rayée

Elaphe taeniura

Aussi appelée « Beauté bleue », on distingue 8 sous-espèces pour cette couleuvre. La taille de ce serpent varie beaucoup selon la sous-espèce (entre 130 et 250 cm en moyenne). La couleur bleu acier est très attrayante bien qu’elle soit très variable.

Répartition/Habitat : Elle est originaire d’Asie. Son aire de répartition est très vaste sur le continent et varie en fonction de la sous-espèce. On peut trouver ces serpents aussi bien dans les champs cultivés que près des habitations, mais pour la plupart, ils affectionnent plus particulièrement les zones caverneuses ou forestières.

Mœurs : Elles diffèrent pour chaque sous-espèce selon son environnement. Cette couleuvre est diurne mais peut également être active la nuit. Sa période d’hibernation dure de 2 à 4 mois.
C’est un serpent ratier semi-arboricole. Robuste, son allure vive et élancée lui permet de grimper aux arbres, plus ou moins souvent selon son environnement.
Réputé nerveux voire franchement agressif parfois, il peut aussi être très docile. Cette couleuvre est inoffensive pour l’homme.

Alimentation : Pour la plupart des sous-espèces, le menu est essentiellement constitué de rongeurs. Les oiseaux sont également des proies potentielles. Les spécimens vivants dans les milieux plus caverneux se nourrissent des chauves-souris qui les habitent.

Reproduction : La femelle est ovipare. Elle pond environ 15 œufs qui éclosent au bout de 2 mois. La reproduction s’effectue après la période d’hibernation qui varie de 2 à 4 mois.

Menaces/Protection : L’espèce est chassée pour sa chair. En Asie, le serpent constitue un plat assez commun. En effet, cette grande couleuvre est un met très apprécié à Hong Kong ou à Canton. Elle est tuée très fraîche et mangée aussitôt. Mais elle ne s’en trouve pas menacée d’extinction pour autant.

Python birman

Python molurus bivitatus

Le Python Birman est l’un des plus gros serpents au monde, le plus grand spécimen attesté mesurant 5.74 mètres de long. Ce reptile est très populaire en captivité. Il peut mesurer jusqu’à 6 mètres de long et peser 100 kg.

Répartition/Habitat : Il est originaire d’Asie du Sud (Népal, Inde, Bangladesh, Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Viêt Nam, République populaire de Chine, Indonésie).

Il affectionne particulièrement les forêts tropicales humides. On le rencontre dans les jungles de plaine et de moyenne montagne, les régions marécageuses, les rizières et bords de rivières de forêt, mais aussi dans les collines sèches et aux abords des habitations. Ce serpent passe le plus clair de son temps abrité dans une cavité où un trou du sol.

Mœurs : Nocturne, ce python attend la nuit pour sortir chasser. Il est d’un tempérament relativement calme, mordant rarement. C’est aussi un excellent nageur et grimpeur. Il est capable d’effectuer un parcours sans faute pour retourner à son domicile et ce, même après avoir été déplacé sur des dizaines de kilomètres.

Alimentation : C’est un serpent constricteur ovipare. Ce serpent se nourrit de mammifères, oiseaux et reptiles. Il chasse à l’affût, saisit sa proie et pratique une constriction bloquant ainsi la circulation du sang et tuant la proie par asphyxie. L’évolution morphologique du crâne grâce à une articulation, permet à ces grands géants d’avaler des proies de grande taille, allant même jusqu’à avaler un cerf adulte.

Reproduction : Il se reproduit en avril. La femelle pond une trentaine d’oeufs, parfois davantage, puis s’enroule autour d’eux pour maintenir une température stable et les protéger. Elle est capable d’augmenter la température de son corps par contractions musculaires pour couver jusqu’à 100 œufs pendant 2 mois. Les petits mesurent déjà entre 50 et 70 centimètres à la naissance.

Longévité : Le Python Birman peut vivre une dizaine d’années en captivité et jusqu’à près de 30 ans dans la nature.

Menaces/Protection : Cette espèce fait partie de celles présentant un danger et est classée à ce titre en Annexe II de la CITES. Elle nécessite l’obtention d’une capacité pour être détenue en captivité. Elle est « quasi-menacée ».

Nos « spaycificités »

Passez la souris sur les photos ci-dessous.

 

Un parc naturel

Le Spaycific’zoo existe depuis plus de 20 ans. Le choix dès l’origine (en 1989) a été de conserver une végétation naturelle et riche en diversité.

Donc chez nous, pas de bambous partout et ni d’autobloquant dans les allées, mais une végétation pour l’ essentiel locale et naturelle.

Grenouille

Elle est volontairement laissée ainsi car elle permet aux animaux de se cacher s’ils le souhaitent, de se sentir en sécurité, d’y trouver aussi des compléments alimentaires (graminées, insectes, vers etc…) mais aussi de s’amuser…  Aurez vous la chance d’apercevoir le serval courir après un papillon ?..

Papillon

C’est aussi pourquoi nos bassins ne sont pas des piscines avec de l’eau chlorée mais des bassins avec des algues, lentilles d’eau etc… Tous ces éléments ne sont pas « sales » mais sont au contraire l’expression d’une végétation naturelle propice au bien être de nos animaux, mais aussi aux nombreux hôtes « sauvages »  (papillons, libellules, grenouilles, hérons etc…) qui gravitent sur le parc.

Cigogne