Archives de catégorie : echassier

Grue couronnée grise

Balearica regulorum

Cette grue mesure environ 90 cm pour un poids de 3 à 4 kg.

Habitat : Originaire d’Afrique, la grue couronnée grise vit dans les prairies situées à proximité des points d’eau.

Alimentation : Elle est omnivore : substances végétales, pousses de riz de soja ou de maïs, vers de terre, petits invertébrés, grenouilles, insectes. Elle est à ce titre très appréciée au Soudan lors des invasions de criquets. En revanche, elle fait d’énormes dégâts dans les cultures de coton qu’elle piétine pour faire sortir les insectes.

Reproduction : Les couples sont fidèles. Les parades amoureuses ressemblent à de vrais ballets. Elles peuvent effectuer des sauts de plus de 2m tout en laissant leurs pattes pendre sous elles.

Ponte : 2 à 3 œufs couvés par les deux parents.

Longévité : 40 à 50 ans.

Grue demoiselle de Numidie

Anthropoïdes virgo

Fine et gracieuse, la Demoiselle de Numidie est la plus petite des grues.

Particularité : Les grues sont réputées pour leurs appels sonores (on dit qu’elles craquettent), leurs danses nuptiales, leur monogamie et leur façon très attentionnée de s’occuper de leurs petits.

Environnement/Habitat : Elle vit dans les steppes d’Europe Orientale et d’Asie. Comme ce sont des étendues dégagées où il est impossible de se cacher, elle mue graduellement ses plumes pour garder sa faculté de voler et donc d’échapper à un prédateur. Elle hiverne en Afrique et dans le Sud de l’Asie.

Menaces et conservation : Sur 15 espèces de grues, 7 sont en voie de disparition. La destruction des milieux humides en est la principale cause, la chasse pour les races nordiques et les pesticides en Afrique contribuent aussi à leurs déclins.

Héron garde boeuf

Bulbulcus ibis

Identification : Le héron garde-bœuf est un échassier vivant près des eaux douces, piscivore de taille moyenne. Les deux sexes sont semblables.

Habitat/Répartition : Contrairement aux autres hérons, le garde-bœuf n’est pas forcément lié au milieu aquatique. Même si l’eau et les zones humides continuent à jouer un rôle important dans son mode de vie, on peut aussi bien le retrouver dans les steppes et les prairies. Originaire de l’Afrique, très courant au Kenya ou en Tanzanie, on le rencontre actuellement sur tous les continents, excepté à proximité des cercles polaires.

Mœurs : Il niche en colonies plus ou moins nombreuses (de dix à plusieurs milliers) dans les arbres ou les buissons, à proximité des lacs ou des étangs.

Alimentation : Son régime est principalement insectivore. On le retrouve souvent en compagnie du bétail sur lequel il se perche pour le débarrasser de ses parasites. Il consomme également des petits vertébrés.

Nidification : La construction du nid est l’affaire des deux parents. Bâti de branchettes et de roseaux, ce dernier est installé dans un buisson au bord de l’eau.
La femelle dépose 4 à 5 œufs qui sont couvés pendant 22 à 26 jours. Les jeunes sont nidicoles et s’envolent au bout de 30 jours environ.

Protection/Menaces : Le héron garde-bœuf est commun et largement répandu dans son habitat.

 

Héron Bihoreau

 Nycticorax nycticorax 

Le Héron Bihoreau, aussi appelé « Bihoreau gris », est un oiseau trapu avec une tête large, un cou épais et court, et des pattes courtes. En période de reproduction, l’adulte a deux longues plumes blanches sur la nuque.

Habitat/Répartition : Le Héron Bihoreau vit près des lacs, des marécages et des rivières bordés de végétation dense. Il niche et dort dans les arbres.
Il est largement répandu, excepté dans les zones polaires, les zones tempérées fraîches et en Australie.

Mœurs : C’est un oiseau nocturne se nourrissant du crépuscule à l’aube. Il reste debout sans bouger, attendant le passage d’une proie qu’il attrape avec son bec. Il secoue vigoureusement sa proie pour l’étourdir ou la tuer, et ensuite, il l’avale la tête la première.
Il chasse dans les eaux peu profondes comme les autres hérons, utilisant son bec épais pour capturer les proies.
Le Bihoreau gris est sans doute monogame. Le mâle effectue une parade nuptiale élaborée, souvent la nuit.

Alimentation : Le Bihoreau gris se nourrit principalement de poissons, mais aussi de vers de terre, et d’insectes aquatiques et terrestres.

Nidification : Il niche en colonies souvent avec des espèces voisines dans les fourrés, sur les arbres et localement dans les roseaux. Le mâle bâtit la base du nid le plus souvent dans les branches d’un buisson ou au faîte d’un arbre où il attirera la femelle par des mouvements et des cris particuliers. C’est la femelle qui se chargera de terminer le nid.
La femelle dépose 3 à 5 œufs bleu clair, à intervalles de deux jours. L’incubation dure environ 24 à 26 jours, assurée par les deux parents. Les poussins sont couvés par les adultes et nourris par régurgitation.
Ils quittent le nid au bout de trois semaines, grimpant aux environs et autour du nid.

Protection/Menaces : En très forte régression dans toute l’Europe, à cause de la disparition des zones humides, dérangements dans les sites de nidification et la pollution des eaux, provoquant la diminution des ressources alimentaires.

Ibis sacré

Threskiornis aethiopica 

Histoire : L’ibis sacré était vénéré par les Égyptiens. Il personnifiait Thot, Dieu de la sagesse et de l’écriture. Quand les eaux du Nil baissaient, les Ibis y venaient pour manger les œufs des serpents.

L’Ibis a disparu d’Égypte depuis le XIXème siècle. La pollution du Nil est souvent mise en cause. Par respect pour ces oiseaux, leurs dépouilles étaient embaumées. Dans la pyramide de Sakhara, on a retrouvé près d’un millier d’ibis momifiés !

Habitat : De nos jours, on le trouve en Afrique au Sud du Sahara, le long des côtes, des lacs et des rivières.

Alimentation : Comme beaucoup de ciconiiformes, ils sont omnivores et mangent de tout : lézards, petits batraciens, insectes, charognes, petits poissons, oisillons etc… Leur bec recourbé vers le bas leur permet de fouiller la terre ou la vase.

Marabout d’Afrique

Leptopilos crumenniferus

Avec sa tête dénudée qui témoigne de son régime charognard, il exprime le calme et l’autorité d’où son surnom « d’adjudant ».

Mœurs : Le Marabout est un oiseau opportuniste : il n’hésite pas à rester lors des feux de brousses pour récupérer sa pitance sans trop d’efforts. il lui suffit d’attraper au passage de petits lézards, insectes ou petits mammifères en plein fuite. Il peut aussi voler la nourriture à des vautours. Contrairement aux autres ciconiidés, le Marabout vole le cou replié.

Cigogne blanche

Ciconia ciconia

Symboles de fidélité et de fécondité, les cigognes sont bien plus attachées à leur nid qu’à leur partenaire. Certains nids sont utilisés depuis plus de 400 ans et pèsent parfois près d’une tonne.

Mœurs : Comme tous les oiseaux planeurs, les cigognes profitent des courants chauds pour économiser leur énergie durant les migrations, c’est pourquoi les voies migratoires passent au plus étroit au dessus des mers ou des océans.

Alimentation : Les cigognes, contrairement aux clichés, se nourrissent essentiellement de petits mammifères (60%) et de reptiles (30%). Sur les lieux d’hivernage, les criquets pèlerins constituent l’essentiel de leur régime alimentaire. Elles contribuent ainsi à endiguer ce véritable fléau pour les cultures africaines.

Protection/Menaces : En déclin notamment à cause des lignes à haute tension et des insecticides, ainsi qu’à leur chasse en Afrique (il ne restait plus que 15 couples en Alsace en 1970), de vastes programmes d’élevage et de réintroduction ont été mis en place et ont été couronnés de succès. Leur nombre est en augmentation constante dans de nombreuses régions Françaises.